Nous sommes le 28 Mar 2017 - 04:58
Recherche   
· Accueil
· Les thèmes / Sujets
· Vos liens
· Recommander ce site
· Le Hit du site
· Le forum
· Les membres
· Votre compte membre

Sa vie de 1913 à 2001
Ses oeuvres littéraires
Ses poèmes
Charles et la peinture
Bibliographie
Sa filmographie
Sa discographie
Ses DVD et BluRay
Toutes ses chansons
Ses récompenses et distinctions

Agenda
Pas d'événements programmés

....où l'on parle de Charles


Il y a actuellement 289 invité(e)s et 0 membres en ligne

Vous êtes un visiteur anonyme. Inscrivez-vous gratuitement en cliquant ici.


Newsletter
Inscrivez-vous a notre
Newsletter !
Votre e-mail :


· Panneau

MON VOYAGE EN LANGUEDOC-ROUSSILLON
le 04 Juin 2002 - 11:26
Charles et la chanson par Ann Allnatt.

De son propre aveu, notre correspondante anglaise aime la France, le bon vin... et Charles Trenet. Elle apprécie tant son univers que, depuis longtemps, elle rêvait de se plonger dans les paysages d'enfance de Charles, et découvrir ce décor familier qui a si souvent inspiré ses vers. Rentrée dans son Surrey, Ann nous fait partager ce retour aux sources de l'inspiration du poète.

Enfin, Alice est de retour du pays de merveilles ! Oui, j’ai fait le voyage de mes rêves au pays de l'enfance de Charles.
Je suis arrivée à Toulouse par un jour froid et pluvieux. Ce n'était guère de bonne augure pour une visite dans ce pays réputé ensoleillé ..
Mon petit séjour à Toulouse s'est bien passé quand-même et j'ai vu "le Capitole" et, sans doute, entendu ses ténors en si bémol, comme dit la chanson ( Autour du monde - 1947 ) . En passant par le Lauragais, en route pour Narbonne, le temps s'est vite amélioré et je suis arrivée en plein été.

Narbonne, oui, c'est une ville douce et charmante. Bien que je susse que je serais conquise, me voilà tout de suite captivée. Armée d'un tas de notes prises dans "Mes Jeunes Année" et dans le superbe livre de Richard Cannavo, j'ai cherché les repères de cette enfance narbonnaise. Ce n'était pas très difficile : grâce au canal, au chemin de fer et aux vieux quartiers classés, la petite ville est restée pareille à celle que Charles a connue. J'ai vite trouvé sa maison, l'église St Paul-Serge où il a été baptisé et "la rue Droite où si l'on tourne à droite, on retrouve toujours l'école Beauséjour"( Narbonne mon amie - 1961 ) . Bien qu'à front de rue, sa façade soit neuve, il paraît que le mur ancien existe toujours dans la cour. Comme Charles chante dans Ne cherchez pas dans les pianos , sur le Quai d'Alsace, la petite école de Madame Meinrath est certainement disparue, car les bâtiments du quai sont modernes.

Nous faisons une demande à l'Hôtel de Ville pour visiter la maison et rendez-vous est fixé pour un mecredi matin. En arrivant, le petit jardinet est ouvert. J'y attends l'arrivée de la guide, en compagnie de la belle statue de Charles qui s'y trouve. A 11h précises, la porte s'ouvre : voilà Catherine, notre sympathique guide,. Elle explique qu'après la mort des derniers parents agés qui l'habitaient, la maison a été divisée en deux appartements : un pour Charles, l'autre pour sa mère. Au rez-de-chaussée, un hall au dallage noir et blanc (sur lequel Charles dessinait, petit) aboutit dans une grande et confortable salle de reception commune pour la mère et le fils et meublée dans un style années 50-60. On nous dit que le piano et le piano qui s'y trouvent viennent de Nogent. Sur les murs, beaucoup de photos et des tableaux peints par Antoine, le grand frère. Je dois préciser que, dès l'entrée de la maison, des chansons de Charles (choisies par ses soins !) nous conduisent d'une pièce à l'autre... un peu comme s'il vous prenait la main pour vous faire découvrir son domaine.

Nous montons au premier étage. L'appartement de Madame Trenet est joli et de très bon goût : un grand salon, une salle à manger, une très belle cuisine bien équipée, une salle de bains et une chambre. Partout des photos de famille et de Charles avec amis et des grandes vedettes de son époque.

Enfin, le dernier escalier nous conduit vers l'appartement de Charles. Une porte fermée, avec ses initiales et une sonnette, pour que son appartement soit tout a lui. Le salon, également des années '60 avec un téléviseur assorti et un petit tourne-disques qui marche toujours, paraît-il. Dans ce salon, deux fenêtres lui donnaient l'impression d'être en bateau. Beaucoup de photos, son certificat de la Légion d'Honneur... et un 33 tours que j'ai convoité avec un de ses tableaux illustrant la pochette. Juste a côté se trouve un de ses fameux saunas et dans le couloir, un chapeau melon qui appartenait a son père, quand il était notaire puis, au bout, un bouquet d'oeillets rouges, accroché au mur. Nous visitons la chambre de Charles avec une étoile sur la porte, comme une loge - et sa salle de bains avec sur un étagère, une bouteille de "Yardley Old English Lavender" . Quelle joie pour une anglaise de découvrir, dans ce pays réputé pour ses parfums, qu'il utilisait une marque typiquement anglaise ! A côté, une jolie chambre d'amis et la cuisine, garnie d'un plateau de noix.

C'est tout, la visite est finie. J'espérais tant garder toutes ces images dans ma mémoire mais déjà le souvenir se fane un peu. A l'invitation de Catherine, je signe le Livre d'Or et y inscrit un petit baiser pour lui dire merci.

L'après-midi, j'ai pris la route pour le cimetière de l'ouest pour déposer un petit bouquet de fleurs sur le caveau de la famille Trenet .

De Narbonne, j'ai pris le train pour Béziers, afin de chercher le Collège de la Trinité. Je crois l'avoir trouvé (nommé maintenant le Lycée de la Trinité) avec ses murs hauts comme une prison et peu de fenêtres. Quel choc pour ces deux petits garcons élevés comme eux, dans une famille chalheureuse. En rentrant vers la gare, dans la vitrine d'une animalerie, j'ai aperçu deux petits chatons tigrés, aux yeux bleus, effrayés et blottis l'un contre l'autre dans le coin d'une boîte. Rien ne change : il y aura toujours des petites créatures qui se trouvent seules et qui ont peur.

De Narbonne aussi, j'ai pris le train pour Port la Nouvelle... la scène des vacances en famille... mais maintenant , c'est devenu une assez grande ville estivale. En tout cas, le phare me semblait familier, grâce aux tableaux d'enfance de Charles.

En quittant Narbonne pour Perpignan, on passe par la maison Trenet avec la statue aux bras ouverts vers les trains.
La gare de Perpignan : "le plus beau monument du monde" selon Salvador Dali, qui s'assied sur le sommet du toit. L'avenue du Général de Gaulle, en face de la gare, était jadis l'Avenue de la Gare, où vivait la famille Trenet. Plus tard, elle s'installa rue Galérande de Villaséca, juste à côté. Le centre est plus ou moins piétonnier et j'ai pu trouver la rue Quéya, où est né le père de Charles et la rue de la Cloche d'Or, où il avait son étude de notaire. J'ai trouvé aussi la petite rue des Cardeurs, où se trouvait le bureau du "Coq Catalan. La place de la Loge, son Grand Café et la place Arago, dont on parle beaucoup dans "Mes Jeunes Année, gardent un air du temps passé. J'ai trouvé aussi l'église Saint Matthieu, où Charles fit sa première communion et la rue de l'Argenterie qui "la sortie de la grand'messe a tout l'air d'une kermesse, dans les pâtisseries"



De Perpignan, j'ai visité Collioure. C'était jour de férié (Le Lundi de la Pentecôte) et on aurait dû y danser La jolie sardane , la main dans la main. Malheureusement, personne ne la dansait. Un petit tour aussi a Céret, pour manger les cerises et regarder le Canigou de plus près, par un jour de vent violent, Canet Plage enfin, pour chercher le nom de Charles sur sa promenade.

Heureuse découverte : à Perpignan, dans une librairie, j'ai trouvé un très beau livre illustré sur "Perpignan quand le siècle avait 20 ans"... le Perpignan de Charles Trenet et Albert Bausil, bien sûr ! C'est passionant de le lire en tandem avec "Mes Jeunes Années.

Après tout cela, dommage, il ne me reste qu'à regagner Toulouse et l'avion pour Londres. Il va sans dire que j'ai pleuré derrière mes lunettes de soleil en quittant ce beau pays... et une réalité qui a souvent supplanté mes rêves.

Au revoir, Languedoc-Roussillon... et à bientôt !

Des images, de la maison natale de Charles ? 


 
Login
 Surnom/pseudo
 Mot de passe
 Identification automatique


Pas encore de compte ?
Enregistrez vous !
En tant que membre inscrit vous pouvez changer le theme du site, personnaliser la disposition des commentaires, poster sous votre nom.

Liens relatifs
· Plus à propos de Charles et la chanson
· Articles transmis par Ann


L'article le plus lu à propos de Charles et la chanson:
TOUTES SES CHANSONS !


MON VOYAGE EN LANGUEDOC-ROUSSILLON | Connexion/Créer un compte | 4 Commentaires
  
Les commentaires sont posté par leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Re: MON VOYAGE EN LANGUEDOC-ROUSSILLON
par Anonyme le 17 Jan 2005 - 01:37
N'avez vous donc rien sur la Basilique Saint Paul- Serge qui soit détaillé et intéressant ???

Contact : webmaster@charles-trenet.net

Merci à Olivier Lagrou qui a aimablement mis tout son talent dans la conception des illustrations générales de ce site.
Merci aussi à Sylvain Massou qui, à plusieurs reprises, a sorti sa boite à outils informatiques pour remédier à mille et un problèmes techniques. Merci aussi à Nicolas Bayet, toujours positif et présent pour aider avec un très grand sourire !
Nos partenaires : Couleur - Production vidéo - Conseils e-learning - Théâtre en entreprise

Conformément au Code de la Propriété Intellectuelle, toute exploitation (représentation ou reproduction) de tout ou partie du site internet est strictement interdite sauf autorisation expresse et préalable d'Alvos Films - Dominic Daussaint
Ce site fonctionne sous PostNuke un système complet de portail web écrit en PHP.
PostNuke est un logiciel libre disponible sous licence GNU/GPL.