Nous sommes le 24 Oct 2017 - 11:07
Recherche   
· Accueil
· Les thèmes / Sujets
· Vos liens
· Recommander ce site
· Le Hit du site
· Le forum
· Les membres
· Votre compte membre

Sa vie de 1913 à 2001
Ses oeuvres littéraires
Ses poèmes
Charles et la peinture
Bibliographie
Sa filmographie
Sa discographie
Ses DVD et BluRay
Toutes ses chansons
Ses récompenses et distinctions

Agenda
Pas d'événements programmés

....où l'on parle de Charles


Il y a actuellement 534 invité(e)s et 0 membres en ligne

Vous êtes un visiteur anonyme. Inscrivez-vous gratuitement en cliquant ici.


Newsletter
Inscrivez-vous a notre
Newsletter !
Votre e-mail :


· Panneau

OLYMPIA 71
le 02 Oct 2002 - 09:41
Un coup de chapeau par Claude LE SAINT, alias Fidel

Adolescent à cette époque et bien évidement sans ressource, j'avais trouvé, par hasard, un moyen de m'offrir, à très bon compte, un bonheur tant attendu. Certes, je n'étais pas installé de façon très confortable mais tout de même j'étais parvenu à réaliser mon plus beau rêve. En effet, il m'avait fallu attendre mes seize ans pour finalement voir en vrai mon idole, celui que ma famille portait aux nues et dont j'entendais parler depuis mes premiers biberons : Charles Trenet.


Dans une petite rue à côté de l'Olympia (rue de Caumartin, si ma mémoire est bonne), au fond du hall d'entrée d'un immeuble, j'avais découvert des portes en bois aux oculus peints en bleu-nuit. Elles servaient d'issues de secours pour la salle de spectacle. Les joints de ces portes n'étaient pas parfaitement étanches, ce qui m'avait permis de voir Charles sur scène, accompagné de ses musiciens. Le champ de vision n'était pas extraordinaire (son jardin, lui, l'était bien plus !), par contre sa voix arrivait à se faufiler, à travers les fuites, jusqu'à moi, si bien que j'avais l'impression qu'il chantait pour moi tout seul. Quelles émotions ! A l'instar de sa chanson Où sont-ils donc ?, c'est moi qui faisait le singe, au point de n'en plus pouvoir parler, noyé par des sanglots longs mais de printemps, ceux-ci !

Après plusieurs rappels, sagement honorés, Charles se retira. Le grand rideau rouge resta immobile. Il était temps de se précipiter, sans attendre la sortie du public (plus officiel celui-la) pour bondir, une ou deux portes plus loin dans la rue, attendre mon idole à la sortie des artistes et même me faufiler devant sa loge. Il était là, derrière cette porte, encore une porte mais plus qu'une, la dernière ! Il était là, mais moi qu?allais-je lui dire s'il sortait ? Quel prétexte trouverais-je ?
J'étais paralysé par la peur, lorsque soudain, Charles sortit, et à l'oiseau le cou, il tordit ? Mais non, il me vit et, tout simplement me dit:
"Bonsoir jeune homme"
- Bonsoir Monsieur Trenet,
répondis-je, tout en fouillant dans la poche de ma veste de laquelle je sortis quelques photos que j'avais prises de lui, lors d'une émission de télévision.
- Mais comment avez-vous réussi à prendre ces photos,me demanda-t-il ?
Je lui expliquai ma technique. En fait, j'avais savamment réalisé ces clichés avec un 6x6 de l?époque fixé sur un pied? à 1 mètre du petit écran du téléviseur familial. C'était en noir et blanc, bien sûr, mais encore en 819 lignes, ce qui améliorait la définition de l'image.
Charles n'en revenait pas et regarda les photos une à une:
"Oh oui, je me souviens c?était aux " Etoiles de la chanson",s'exclama-t-il. Mais celle-ci est bizarre, je ne comprend pas ? Oui je vois, elle me représente sous mon profil de gauche et c'est la première fois que je me vois sous ce profil et bien, pourquoi pas ? Bonne initiative !"
Pendant qu'il dédicaçait mes photos. Je m'enhardis à lui demander s'il se souvenait d'une scène à laquelle avait assisté mon père : à ses débuts à l'ABC, un soir, tard après sa représentation, il chantait encore dans la rue pour la plus grande joie de ses fans. Dans l'ambiance, j'imagine le délire, Charles ayant raté le dernier bus, dû se faire ramener chez lui... en voiture à bras.
Charles s'en souvenait et rigola.

Finalement, les mots venaient à me manquer et comme le public de la salle arrivait peu à peu, je le saluais et il me dit, gentiment:
- Au revoir, mon petit photographe.
Sans me connaître et malgré ma paralysie verbale, Charles m'avait mis instantanément à l'aise. Il ne s'agissait plus de peur, mais de confiance. Lui savait, c'est donc lui qui me posait les bonnes questions. Quelle leçon d'intelligence il m'avait dispensée ce soir là ! Merci Monsieur Trenet.
Très touché par ses gentilles paroles, à la demande unanime, entonna alors La romance de Paris, Boum, Je chante, et bien d'autres chansons encore. Il était bien avec son public et ne savait que faire pour le combler.
Naturel de professionnalisme, on sentait qu'il n'y avait aucune tricherie chez lui. Nous étions en communion avec lui. Ses yeux brillaient et sa joie, c'était nous. Ce soir-là, j'ai bien vu dans ses billes azurs qu'aucun mensonge ne pouvait en sortir.



 
Login
 Surnom/pseudo
 Mot de passe
 Identification automatique


Pas encore de compte ?
Enregistrez vous !
En tant que membre inscrit vous pouvez changer le theme du site, personnaliser la disposition des commentaires, poster sous votre nom.

Liens relatifs
· Plus à propos de Un coup de chapeau
· Articles transmis par FIDEL


L'article le plus lu à propos de Un coup de chapeau:
LE FANTÔME DE CHARLES TRENET


OLYMPIA 71 | Connexion/Créer un compte | 4 Commentaires
  
Les commentaires sont posté par leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Re: OLYMPIA 71
par bru914 (Envoyez un message) le 02 Oct 2002 - 03:39
Merci Claude pour ce témoignage ! Vous faites partie de ces gens que j'envie, que je jalouse : ceux qui ont rencontré Monsieur Charles ! Moi je devrai attendre d'aller le retrouver au paradis ou il chante - c'est sûr - avec les anges et les petits oiseaux...

  • Re: Re: OLYMPIA 71 par FIDEL le 02 Oct 2002 - 11:11
    Re: OLYMPIA 71
    par Anonyme le 02 Oct 2002 - 09:47
    31 ans ont passé depuis cet événement famillial où un soir à la maison tout ému tu nous a raconté cette incroyable aventure vécue à la sortie des artistes de l'Olympia. Moi, j'avais 11 ans et je gobais bouche bée cette expédition fanstastique. Depuis j'avais zappé les détails et je suis heureuse ce soir de te lire et de redécouvrir en fait, quelles émotions tu avais eu et que tu nous avais fait partager. Quel souvenir il te reste. C'est génial. Bravo, t'es un super frangin !

    Re: OLYMPIA 71
    par nostalgique (Envoyez un message) le 26 Nov 2007 - 07:51
    Bonsoir FIDEL. Je découvre à l'instant le très bel article hommage que vous faites à l'occasion du concert de Charles Trenet à l'0lympia . Moi, la première fois que je l'ai sur scène, c'était en 1959 au VICTORIA HALL de GENEVE. J'avais 17 ans. Souvenir inoubliable, bien sûr. Ensuite, je l'ai vu plusieurs fois en récital chaque fois qu'il venait en Suisse. Cordiales amitiés. Nostalgique Ge CH

Contact : webmaster@charles-trenet.net

Merci à Olivier Lagrou qui a aimablement mis tout son talent dans la conception des illustrations générales de ce site.
Merci aussi à Sylvain Massou qui, à plusieurs reprises, a sorti sa boite à outils informatiques pour remédier à mille et un problèmes techniques. Merci aussi à Nicolas Bayet, toujours positif et présent pour aider avec un très grand sourire !
Nos partenaires : Couleur - Production vidéo - Conseils e-learning - Théâtre en entreprise

Conformément au Code de la Propriété Intellectuelle, toute exploitation (représentation ou reproduction) de tout ou partie du site internet est strictement interdite sauf autorisation expresse et préalable d'Alvos Films - Dominic Daussaint
Ce site fonctionne sous PostNuke un système complet de portail web écrit en PHP.
PostNuke est un logiciel libre disponible sous licence GNU/GPL.