Nous sommes le 28 Mai 2017 - 07:40
Recherche   
· Accueil
· Les thèmes / Sujets
· Vos liens
· Recommander ce site
· Le Hit du site
· Le forum
· Les membres
· Votre compte membre

Sa vie de 1913 à 2001
Ses oeuvres littéraires
Ses poèmes
Charles et la peinture
Bibliographie
Sa filmographie
Sa discographie
Ses DVD et BluRay
Toutes ses chansons
Ses récompenses et distinctions

Agenda
Pas d'événements programmés

....où l'on parle de Charles


Il y a actuellement 404 invité(e)s et 0 membres en ligne

Vous êtes un visiteur anonyme. Inscrivez-vous gratuitement en cliquant ici.


Newsletter
Inscrivez-vous a notre
Newsletter !
Votre e-mail :


· Panneau

SOUS LES CLOCHES D'ICI - Poème hommage
le 30 Jan 2013 - 11:15
Charles et la littérature par Elisabeth Duncker

Albert Bausil fut l’ami des jeunes années de Charles Trenet.

Madame Caussat-Trenet souligne l’importance de cette amitié dans les souvenirs qu’elle a publiés  : Ses jeunes années (Radio 50, 51 et chez Robert LAFFONT – 1978) :

On trouvait Charles plus souvent à l’imprimerie du Coq Catalanqu’en train de faire thèmes ou versions.
Son père se fâchait – il avait raison.
Mais quelle joie de voir un poème à soi s’étaler en beaux caractères en première page ! Cela ne valait-il pas toutes les semonces ?
Il y avait aussi les rôles à apprendre – Albert Bausil écrivait des revues – les répétitions et les soirs palpitants des « premières ».
Ces souvenirs sont chers à Charles. Si je les évoque aujourd’hui avec une indulgence souriante que j’étais loin de manifester à l’époque – moi aussi, je le grondais souvent – c’est que le recul des années, l’expérience de la vie et surtout la plus grande connaissance que j’ai du caractère de mon fils me font comprendre ce que représentaient pour lui alors, cette envolée première, cet élan poétique qu’un ami favorisait.
Cet ami est mort.
Charles a gardé son souvenir et ne passe jamais à Perpignan sans aller se recueillir sur sa tombe.




Charles lui-même définit fort bien le rôle et l’influence exercés sur lui par Bausil à Perpignan, ville d’art, de poètes, de farceurs enthousiastes, d’adorateurs du soleil, dans ces quelques lignes autobiographiques insérées dans le programme de Bobino 1966 :

Je compris vite à Perpignan, au contact d’Albert Bausil, figure inoubliable et illuminante, que j’étais fait pour la vie imaginative et fleurie avec, par-ci par-là, des inspirations musicales.
Bausil me dit :
Ce n’est qu’en quittant Perpignan que tu le comprendras. Monte à Paris ! »
J’avais dix-sept ans, un cahier plein de poèmes. C’était mon cœur.


Mais sans doute le plus bel hommage à cette étape éblouie de l’adolescence de notre poète réside dans ce poème dédié à ses quatorze ans.


SOUS LES CLOCHES D’ICI
Pour Charles Trenet


Le Jeudi Saint,
les jardiniers ont apporté dès le matin
de gros bouquets de quarantin
qu’ils ont posés sur le coussin
de velours noir, où dort dans la crypte dévote
le vieux Christ espagnol dont on compte les côtes.

L’ombre, où le cœur rouge d’un vitrail palpite,
sent le cierge, l’encens et l’éponge bénite
dont les petits pénitents frisés se sont servis
pour laver les pieds du bon Dieu, mercredi.

Au fond de la chapelle de sainte Thérèse,
les marchands de chaises
dit le chapelet avec des yeux clos, des soupirs,
toute l’extase des confesseurs et des martyrs,
en songeant à sa soupe-à-l’ail et à Madame Courtois
qui lui doit quatre sous de la dernière fois.

Ce soir, les jeunes gens du quartier Saint-Jacques,
parce que c’est le samedi de Pâques,
iront chanter les goigs dels ous, sous les fenêtres
de Monsieur de Lazerme, qui leur donnera peut-être
cent sous, pour aller voir « le Fils de Zigoma »
au cinéma.

O samedi de Pâques ! mandolines
dans les rues d’argent pâle, où l’on devine
à l’ombre de la lune et des balcons chantants,
des amoureux blottis qui serrent le printemps !
Et puis, demain ce sera Pâques.
Ah ! sonnez, cloches de Saint-Jacques !
et vous, cloches de la Réal,
dans l’air bleu et matutinal !
et vous, clocher plus bas et plus proche de Dieu,
humble clocher de Saint-Mathieu !
et vous ! et vous ! rempli de cloches baptismales,
vieux clocher de la Cathédrale !

Sonnez, cloches, sur les maisons,
sur les cœurs qui ont plus de foi que de raison,
sur le perron, sur la fontaine, sur la grille,
sur la chambre de la jeune fille,
et sur le lit étroit et blanc, où les petits
dorment de si bon appétit !

Sonnez sur le rire aigu des premiers lilas
qu’on voit pointer à la porte de la villa,
et sur la chaste, tendre, et plaintive glycine,
qui tord les bras comme une princesse de Racine.

Sonnez sur moi, sonnez sur moi, cloches réveillées,
qui sentez l’herbe, le muguet, l’ombre mouillée,
et toute l’ivresse de l’air,
jusqu’à la mer !

Sonnez sur moi, sonnez sur moi, ailes battantes
des cloches ressuscitantes !
Faites pleuvoir le ciel et le jour palpitant
sur mon cœur nu qui vous attend,
sur mon cœur nu qui a vingt ans, qui a vingt ans,
ô cloches de tous mes printemps !


Albert BAUSIL
Poème paru dans « Le Coq Catalan » du 16 avril 1927 et repris dans le recueil « Poèmes » (Sous-titre : « Chansons du Roussillon ») 1929.



Albert Bausil a souvent été cité dans les articles qui figurent sur notre Portail des Amis de Charles Trenet mais, pour les curieux, les trois articles suivants lui sont plus spécifiquement consacrés :

PRIMEROSES ET RIMES ROSES - LA PREMIERE FOIS QU'ALBERT BAUSIL AVOUA SON TALENT...

COQ CATALAN – PARTIE 1

COQ CATALAN – PARTIE 2

 
Login
 Surnom/pseudo
 Mot de passe
 Identification automatique


Pas encore de compte ?
Enregistrez vous !
En tant que membre inscrit vous pouvez changer le theme du site, personnaliser la disposition des commentaires, poster sous votre nom.

Liens relatifs
· Plus à propos de Charles et la littérature
· Articles transmis par Dominic Daussaint


L'article le plus lu à propos de Charles et la littérature:
BIBLIOGRAPHIE DE SES OEUVRES


SOUS LES CLOCHES D'ICI - Poème hommage | Connexion/Créer un compte | 1 Commentaire
  
Les commentaires sont posté par leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Re: SOUS LES CLOCHES D'ICI - Poème hommage
par Jeannette (Envoyez un message) le 30 Jan 2013 - 11:55
Dans le recueil de poèmes par Albert Bausil, le poème a le titre « Sous les Cloches catalanes » (je l’ai mis dans le forum : Sous les Cloches catalanes)

On y trouve aussi Les feux de la Saint-Jean dont Charles Trenet citait quelques phrases dans sa chanson du même titre.


Poèmes par Albert Bausil



Contact : webmaster@charles-trenet.net

Merci à Olivier Lagrou qui a aimablement mis tout son talent dans la conception des illustrations générales de ce site.
Merci aussi à Sylvain Massou qui, à plusieurs reprises, a sorti sa boite à outils informatiques pour remédier à mille et un problèmes techniques. Merci aussi à Nicolas Bayet, toujours positif et présent pour aider avec un très grand sourire !
Nos partenaires : Couleur - Production vidéo - Conseils e-learning - Théâtre en entreprise

Conformément au Code de la Propriété Intellectuelle, toute exploitation (représentation ou reproduction) de tout ou partie du site internet est strictement interdite sauf autorisation expresse et préalable d'Alvos Films - Dominic Daussaint
Ce site fonctionne sous PostNuke un système complet de portail web écrit en PHP.
PostNuke est un logiciel libre disponible sous licence GNU/GPL.