Nous sommes le 21 Août 2017 - 04:02
Recherche   
· Accueil
· Les thèmes / Sujets
· Vos liens
· Recommander ce site
· Le Hit du site
· Le forum
· Les membres
· Votre compte membre

Sa vie de 1913 à 2001
Ses oeuvres littéraires
Ses poèmes
Charles et la peinture
Bibliographie
Sa filmographie
Sa discographie
Ses DVD et BluRay
Toutes ses chansons
Ses récompenses et distinctions

Agenda
Pas d'événements programmés

....où l'on parle de Charles


Il y a actuellement 548 invité(e)s et 0 membres en ligne

Vous êtes un visiteur anonyme. Inscrivez-vous gratuitement en cliquant ici.


Newsletter
Inscrivez-vous a notre
Newsletter !
Votre e-mail :


· Panneau

1945, CHARLES TRENET FACE AU COMITE D'EPURATION
le 20 Juil 2013 - 12:05
Sur l'homme... Archives Nationales, dossier F21/8113/D3
par Vincent Lisita


Au sujet de Trenet et l'Occupation, je ne voulais pas aborder cette période sans avoir d'élément nouveau.
J'étais agacé par des raccourcis, comme
« Charles Trenet prend prudemment le chemin des Etats-Unis à la Libération » : saisissant, quand on sait que la Libération de Paris intervient le 25 août 1944 et l'arrivée du Fou chantant à New York le 25 avril 1946 ! Un an et huit mois pour prendre la fuite, voilà qui relève de la « prudence » la plus élémentaire...
Et je n'étais convaincu ni par les arguments de ceux qui affirmaient que Charles Trenet avait collaboré, ni par les arguments de ceux qui prenaient sa défense.

J'ai pensé que les comités d'épuration avaient certainement laissé des archives, mais comment les localiser ? Internet n'apportait aucune information.
C'est un ouvrage formidable qui m'a mis sur la piste et que je recommande :
« Jazz et société sous l'Occupation » par Régnier Gérard, Paris, L'Harmattan, 2009.




Lorsque la France entre en guerre début septembre 1939, Charles Trenet est une immense vedette. Mobilisé le temps de la Drôle de guerre, il participe à la création des spectacles aux armées ou « théâtre des Ailes » avant de devenir la vedette de la troupe « Ceux de l'escadrille », qui part pour une tournée des bases aériennes.

Démobilisé en août 1940, il ne rejoint Paris qu'au début de 1941, pour ses « seconds débuts », au Théâtre de l'Avenue. Dès lors, on le retrouve à l'affiche des plus grands music-halls de la capitale, puis sur les écrans avec Romance de Paris, Frédérica, Adieu Léonard et La Cavalcade des heures (aucun de ces films n'étant tourné pour la société de production Continental-Films, créée par Goebbels).

Enfin, Charles Trenet continue de composer et d'enregistrer des chansons, qui offrent à ses spectateurs une dose d'espoir vital. Au delà de l'implicite dans les textes, le fait d'interpréter des rythmes swing ou avec l'accompagnement d'un orchestre de jazz constitue une franche provocation vis à vis des autorités.

La presse d'extrême-droite se déchaîne sur lui.
La comédienne Corinne Luchaire, qui le fréquente à l'époque, témoigne de la gravité de la situation : « alors que Charles Trenet ignorait l'occupant, (…) on assura qu'il était juif, qu'il ne s'appelait point Trenet, mais qu'il s'agissait en réalité de l'anagramme de Netter. Bref, on voulait l'empêcher de travailler (*1)».

Cambriolé et blessé à son domicile de La Varenne le 15 juin 1944, il prépare une exposition de ses peintures puis sa rentrée, avant d'être appelé à comparaître devant le Comité d'épuration.




LES FAITS REPROCHES

Convoqué à huit reprises, dès le 9 novembre 1944, Charles Trenet ne se présente pas. Le 3 août 1945, le Comité national d'épuration des professions d'artiste dramatique, lyrique et de musicien exécutant ordonne une suspension de toute activité professionnelle de dix mois. Lorsqu'il en est averti, l'artiste sort de sa réserve et sollicite une audience. Il est entendu le 17 août.

Des renseignements, communiqués verbalement et pris en note, ont abouti à une liste de faits reprochés individuellement qui ne relèvent d'aucune des fautes considérées comme les plus graves :
Trois émissions à Radio-Paris en 1943.
La station, sous le contrôle de l'occupant, a émis cependant depuis 1940 ; elle est connue pour avoir rémunéré très généreusement les artistes.

Participation à cinq galas
Charles Trenet a été absent de deux d'entre eux. Son impresario Maurice Roget jure sur son honneur de soldat « que Monsieur Charles Trenet n'a jamais fait de "collaboration" avec les Allemands et que, s'il a prêté son concours à quatre ou cinq galas, c'est sous la menace de l'envoyer comme travailleur en Allemagne (*2) ».

Une tournée dans des camps de prisonniers et d'ouvriers français en Allemagne
Durant l'été 1943, Charles Trenet s'est vu contraint par la Propaganda Staffel de prendre part à une tournée dans les camps de prisonniers et d'ouvriers français en Allemagne occidentale, en compagnie d'Édith Piaf et de Fred Adison. Il a toutefois refusé d'être payé, ce qui lui a permis de se dérober à certaines obligations, et non des moindres.
Le 15 août, il a manqué le départ du train ; on l'a accompagné de force à Berlin où il est arrivé avec deux jours de retard... S'il a participé aux représentations devant les prisonniers et les ouvriers français, il n'est pas descendu dans le même hôtel que la troupe et a brillé par son absence aux réceptions officielles des artistes. Durant les quarante-cinq jours de la tournée puis à son retour en France, il s'est abstenu de toute déclaration, ce qui est pertinent quand on sait que le Comité d'épuration va juger que c'est prioritairement l'exploitation qu'en ont fait les services de propagande qui a conféré un caractère collaborationniste à ces voyages en Allemagne.

L'annonce de sa mort dans un accident d'avion
Charles Trenet est apparemment décédé à plusieurs reprises pendant la guerre ! Le Comité d'épuration le soupçonne d'être l'instigateur de l'une de ces annonces, afin d'assurer sa publicité pendant sa mobilisation... Ce qui est absolument fantaisiste, l'intéressé ayant démenti à plusieurs reprises.

Ses « fiançailles » avec la comédienne Corinne Luchaire…
…dont le père, Jean Luchaire, personnage incontournable de la presse collaborationniste, va être condamné à mort pour intelligence avec l'ennemi.



PASSE SOUS SILENCE
Le Comité passe sous silence les ennuis de Charles Trenet avec la Propaganda Staffel (il a écopé de plusieurs amendes pour avoir refusé de se présenter à des convocations), comme les rumeurs concernant sa prétendue judéité...
Une information est évoquée presque incidemment : elle concerne pourtant deux personnes, sauvées grâce au courage de Charles Trenet ; s'il n'en a jamais parlé dans la sphère publique par la suite, malgré les diverses accusations et rumeurs, deux lettres en attestent : l'une versée au dossier, l'autre simplement montrée aux membres du Comité (*3)


COUP DE THEÂTRE
Si l'interdiction de spectacles de dix mois est maintenue à l'issue de l'audition de Charles Trenet, le 17 août, un coup de théâtre survient à l'automne : le Comité d'épuration ramène l'interdiction de spectacles à trois mois, et le Fou chantant est donc libre de remonter sur scène à partir du 10 novembre.





NOTE DU WEBMASTER : Pour en savoir beaucoup plus sur cette période difficile, nous vous invitons à consulter le livre de Vincent Lisita : Trenet méconnu , aux Échappés.. Au-delà de ce chapitre, l’auteur apporte des aspects moins connus de la vie de Charles Trenet et propose plusieurs photographies jusque là inédites. A recommander !




(*1) - Luchaire Corinne, Ma drôle de vie, Paris, Sun, 1949, p. 146-147.
(*2) - Archives Nationales, F21/8113/D3 : Lettre de Maurice Roget du 27 août 1945.
(*3) - Je n'en dis pas plus : il s'agit là de l'un des « scoops » de Trenet méconnu !

 
Login
 Surnom/pseudo
 Mot de passe
 Identification automatique


Pas encore de compte ?
Enregistrez vous !
En tant que membre inscrit vous pouvez changer le theme du site, personnaliser la disposition des commentaires, poster sous votre nom.

Liens relatifs
· Plus à propos de Sur l'homme...
· Articles transmis par Dominic Daussaint


L'article le plus lu à propos de Sur l'homme...:
1913-2001, LE SIECLE TRENET


1945, CHARLES TRENET FACE AU COMITE D'EPURATION | Connexion/Créer un compte | 1 Commentaire
  
Les commentaires sont posté par leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Re: 1945, CHARLES TRENET FACE AU COMITE D'EPURATION (Archives Nationales, dossier F2
par summicron (Envoyez un message) le 22 Juil 2013 - 10:58
Trenet n'a pas été un "collabo".

D'ailleurs, dans la chanson, contrairement à la littérature, à ma connaissance, personne n'a été reconnu comme "collabo".

Juridiquement, la collaboration se définit par rapport à "l'intelligence avec l'ennemi". Certes, l'armistice avait fait taire les armes, mais l'ennemi restait l'ennemi, jusqu'à un futur traité de paix, jamais voulu par les nazis.

Par exemple, Jean Luchaire, le père de Corinne (actrice de cinéma qui était amie avec Trenet) a été fusillé pour "intelligence avec l'ennemi" car il collaborait avec Otto Abetz, nazi notoire et , donc, ennemi.

Il y a longtemps, j'avais montré dans ce forum une photo de Trenet à Berlin en compagnie de Piaf et de Fred Addison. Ils sont devant une superbe auto arborant un drapeau nazi (le fameux pédalier), probablement pour les compromettre dans un journal de la collaboration. Mais ils devaient être contraints à le faire, sinon c'était la déportation et les nazis n'étaient pas des plaisantins: "C'est non travailler ; c'est non manger" était leur phrase favorite en français basique...

Contact : webmaster@charles-trenet.net

Merci à Olivier Lagrou qui a aimablement mis tout son talent dans la conception des illustrations générales de ce site.
Merci aussi à Sylvain Massou qui, à plusieurs reprises, a sorti sa boite à outils informatiques pour remédier à mille et un problèmes techniques. Merci aussi à Nicolas Bayet, toujours positif et présent pour aider avec un très grand sourire !
Nos partenaires : Couleur - Production vidéo - Conseils e-learning - Théâtre en entreprise

Conformément au Code de la Propriété Intellectuelle, toute exploitation (représentation ou reproduction) de tout ou partie du site internet est strictement interdite sauf autorisation expresse et préalable d'Alvos Films - Dominic Daussaint
Ce site fonctionne sous PostNuke un système complet de portail web écrit en PHP.
PostNuke est un logiciel libre disponible sous licence GNU/GPL.