Nous sommes le 22 Oct 2017 - 02:39
Recherche   
· Accueil
· Les thèmes / Sujets
· Vos liens
· Recommander ce site
· Le Hit du site
· Le forum
· Les membres
· Votre compte membre

Sa vie de 1913 à 2001
Ses oeuvres littéraires
Ses poèmes
Charles et la peinture
Bibliographie
Sa filmographie
Sa discographie
Ses DVD et BluRay
Toutes ses chansons
Ses récompenses et distinctions

Agenda
Pas d'événements programmés

....où l'on parle de Charles


Il y a actuellement 329 invité(e)s et 0 membres en ligne

Vous êtes un visiteur anonyme. Inscrivez-vous gratuitement en cliquant ici.


Newsletter
Inscrivez-vous a notre
Newsletter !
Votre e-mail :


· Panneau

ROLAND GERBEAU : DE TRENET A CASTRO
le 21 Juil 2003 - 02:33
Charles et la chanson par Dominic Daussaint

Connaissez-vous Roland Gerbeau ?
C'est lui qui déclarait en 1987 à France-Soir : Qui sait que j'ai créé les grands succès qui sont devenus les tubes des autres ? Qui sait que c'est moi qui lancé Douce France avant Charles Trenet, puis La mer et Que reste-t-il de nos amours ? Qui sait que Piaf m'avait offert La vie en rose qu'elle trouvait trop mielleuse pour elle et même que j'ai créé Ma cabane au Canada sur un disque 78 tours qui n'est jamais sorti ?
Chanteur-sans-chance, entré dans les variétés à l'âge de 18 ans, Roland Gerbeau a pourtant connu une belle carrière internationale. Et c'est Charles Trenet, ami fidèle jusqu'au bout, qui lui a donné son envol. Aujourd'hui fringant octogénaire, ce chanteur de charme reste un témoin privilégié. Injustement absent sur le net, il est grand temps de lui consacrer un article. Flash-back !

La rencontre

Le petit Roland naît à Vincennes en 1919 dans une famille ouvrière. Suite au décès prématuré de son père, il travaille dès l'âge de 13 ans comme apprenti-imprimeur. Il chante déjà tout le temps et fréquente assidûment les guinguettes des bords de Marne. C'est en remportant un concours d'amateurs au Poste Parisien en 1937 que Roland Gerbeau décide de son avenir de chanteur. Il a 18 ans.

Lorsque la guerre éclate, Roland Gerbeau fait partie de l'orchestre de Richard Blareau. Il se produit au Gaumont, au Grand Rex et au Moulin Rouge. Brièvement mobilisé puis envoyé dans les Chantiers de Jeunesse, en 1941, le chanteur retrouve une place dans un cabaret de la place Blanche. Et c'est là qu'une rencontre décisive va décider de l'envol de sa carrière :"Trenet passait à ce moment là au Cirque Médrano et venait dîner dans ce cabaret après le spectacle. Il m'a entendu chanter, est revenu le lendemain soir avec son imprésario, et m'a proposé de débuter quinze jours plus tard à l'ABC, en première partie de son récital. (...) Ce soir-là, il m'a également promis qu'il m'écrirait une chanson."

Ce sera Douce France, ni plus ni moins !
Au départ, précise Roland Gerbeau à Richard Cannavo, il me l'avait donnée complètement. (...) Évidemment moi je n'étais pas très connu et je ne faisais des disques que de temps en temps, surtout pendant l'Occupation. (...) On enregistrait surtout les très grandes vedettes, et les jeunes passaient ensuite. Tout ceci, Charles le savait très bien. Et il y avait à l'époque un garçon qui était un nom énorme dans la chanson : André Claveau. (Notons que cet artiste vient tout juste de mourir... dans l'indifférence générale des média !) Alors, lorsque Charles eut écrit Douce France, qu'il me destinait, je sais qu'il a essayé de la donner à Claveau. Mais Claveau (...) avait des séances d'enregistrement très planifiées, avec des titres également très planifiés, et la chanson de Trenet attendait toujours d'être enregistrée. (...)Un jour que j'étais allé voir Charles à l'ABC il m'a dit, en sortant de scène, dans sa loge : "Bon, eh bien, puisque Claveau ne la chante pas, je te la donne, tu fais ce que tu veux avec..." Je l'ai évidemment enregistrée tout de suite, c'est-à-dire bien avant Charles, en 1943 ! C'est d'ailleurs une chanson qui a beaucoup contribué à me faire connaître : chanter Douce France , cette année-là, au plus fort de l'Occupation, c'était l'assurance d'un public attentif, et ravi !

De 1942 à 1944, Roland Gerbeau suit Charles Trenet dans une tournée qui l'emmène à travers toute la France. On imagine mal, aujourd'hui, le succès incroyable que pouvait rencontrer le Fou Chantant qui, parfois, chantait devant 3000 personnes. Et comme, à l'époque, Charles, n'aimait guère interpréter des ballades, il laissait Roland Gerbeau les chanter, pour se consacrer, lui, à un répertoire plus swing.

C'est parti : de plus en plus de radios programment le protégé de Charles qui, parallèlement, fréquente les plus grands music-hall et chante dans les programmes des plus grandes vedettes de l'époque : Jules Berry, Edith Piaf, Georgius, Lucienne Boyer et Yves Montand, alors jeune débutant.

Un moment unique...

Autre souvenir mémorable : Roland Gerbeau était présent lorsque Charles Trenet a composé son plus grand succès, La mer. On connaît l'anecdote, souvent rapportée : C'était en juillet 1944. Avec Charles Trenet, (...) nous avions pris le train pour aller à Perpignan, en compagnie de son secrétaire et de son pianiste Léo Chauliac. Il faisait très chaud. A hauteur de l'étang de Thau, Charles Trenet s'est levé, a baissé la fenêtre du compartiment et a commencé à chantonner. Il venait de composer La mer.

Mais Trenet n'avait, semble-t-il, guère confiance dans ce genre de chansons faites à la va vite. Et, de fait, ce tube monumental démarrera très mal puisque les quelques tentatives qu'il fit alors pour imposer ce titre au public ne rencontrèrent guère de succès. Trenet essaye alors de placer sa chanson à une spécialiste du genre, Suzy Solidor, qui lui répond : Des chansons sur la mer, on m'en envoie dix par jour !... Elle a dû s'en mordre les doigts car c'est véritablement cette oeuvre qui aura fait la fortune de Trenet. En fait, précise Richard Cannavo, sur les quelques centaines de titres qu'il a déposés à la SACEM, La mer a elle seule aurait suffi pour le rendre célèbre à jamais.
C'est donc fin '45, soit quelques mois avant son Maître, que Roland Gerbeau se surprend à enregistrer La mer !

Non, Charles n'écrivait pas une chanson pour la donner à un autre chanteur. C'était tout simplement un ami, c'était le copain qui écrivait instinctivement pour quelqu'un qu'il aimait bien ; donner une chanson, c'était une de ses manières de marquer son amitié.
Roland a aussi assisté à la naissance de Bonsoir jolie madame, Swing troubadour, Le soleil a des rayons de pluie et d'une quantité d'autres titres, toujours avec cette même facilité apparente, une espèce de grâce, sidérante.

.

Depuis les Amériques jusqu'à Castro !

La carrière de Roland Gerbeau est maintenant lancée. Il rencontre Jo Bouillon, son orchestre et sa femme Joséphine Baker qu'il accompagne pour une longue tournée aux Etats-Unis. Juste avant son départ, Roland Gerbeau enregistre Ma cabane au Canada se promettant de revenir en France dès la commercialisation de son disque. Un disque qui ne sortira jamais car, 6 mois plus tard, l'auteur, Loulou Gasté donne sa chanson à sa femme Line Renaud qui l'enregistre avec le succès qu'on connaît. Frustré, Roland décide alors de rester aux Etats-Unis qu'il parcourt avec Edith Piaf, les Compagnons de la Chanson et toujours Joséphine Baker. Ainsi, jusqu'en 1960, il se produira dans des cabarets à Hollywood, au Brésil, au Venezuela, en Haïti et à Cuba où il passera plusieurs années avant et un peu après la révolution. C'est là qu'il rencontre Che Guevara et Fidel Castro, comme en témoigne une photo mémorable.

Des années Pathé Marconi... à sainte Rita

De retour en France, au début des années '60, la carrière de Roland Gerbeau prend un tournant décisif. La déferlante yéyé a tout balayé et l'heure n'est plus aux chanteurs de charme. Alors, il entre chez Pathé-Marconi en qualité d'attaché de presse. Pendant 20 ans, il y cotoyera les plus grands : Louis Armstrong, les Beach Boys, Duke Ellington, Joe Cocker, Count Basie, Lionel Hampton, les Jackson Five, Marvyn Gaye... de jeunes débutants, aussi, comme Adamo, Julien Clerc, Nicolas Peyrac, Céline Dion ou même ces jeunes chevelus promis à une carrière mythique, les Beatles.

Mais Roland n'a pas, pour autant, abandonné son premier métier. Sa voix chaude fait revivre les grands succès de la Belle Epoque, puis ceux de la Libération sur deux productions phonographiques qui est, aujourd'hui, difficile de dénicher. De temps en temps, il écrit et compose aussi. Ainsi, en 1983, convaincu d'être atteint d'un cancer, Roland Gerbeau se rend en pélerinage à l'église Sainte-Rita de Nice. Un double miracle s'y produit puisqu'il sort de l'église guéri en fredonnant la chanson Sainte Rita, qu'il enregistre dans la foulée en guise de reconnaissance. Mieux, l'engouement du public pour cette prière lui permet de remonter sur les planches et de de se retrouver en bonne place au Top 50 de Canal Plus ! Un chanteur sur le retour est parfois un chanteur qui revient..., écrit Philippe Bouvard dans sa chronique de France-Soir.

Un inédit : Soufflez, soufflez les bougies

Roland Gerbeau avait promis à Tino Rossi de lui écrire une chanson pour sa rentrée au Casino de Paris. En 1981, il s'exécute, écrit les paroles et, pour que ce soit plus fort, demande à son ami Trenet d'en écrire la musique. Il accepte.
"En février, Charles Trenet m'invita à la Villa Médicis, sa maison de La Varenne pour me faire écouter ce Soufflez soufflez les bougies, qu'il venait de terminer. Son pianiste Christian Remy était là pour l'accompagner. Il a chanté la chanson en modifiant quelques paroles. J'ai enregistré ce grand moment en continu avec le petit magnétophone que j'avais amené. C'était magnifique, Charles et son humour toujours percutant nous la jouait au grand Trenet des plus beaux jours, sous les éclats de rire de la Marquise (Madame Breton, son éditrice), raconte Roland Gerbeau.

Un grand regret : Charles Trenet n'enregistrera pas cette chanson qu'il n'interpréta jamais non plus sur scène. Qu'à cela ne tienne, en septembre 2002, Roland ouvre son portefeuille et pour remercier Charles Trenet de lui avoir ouvert les portes du Music Hall, 60 ans plus tôt, il édite sur CD, et à ses frais, cet enregistrement inédit.
Tiré à 1000 exemplaires, le disque est disponible (s'il en reste ?) en écrivant à Roland Gerbeau, BP 5 à F27220 Bois-Le-Roi.

J'ai moi-même découvert cet enregistrement grâce à notre membre breton Patrick Boisselet et je le remercie de m'avoir fait partager cette belle découverte. Elle mérite vraiment le détour et a été le point de départ de cet article. Je remercie également très chaleureusement Roland Gerbeau, lui-même qui, de sa retraite au L'Habit, m'a très gentiment répondu et m'a fait parvenir l'abondante documentation et les illustrations qui m'ont permis de vous proposer le bref survol de sa belle carrière.

Laissons d'ailleurs à Roland Gerbeau le soin de conclure cet article avec le superbe témoignage d'amitié qu'il a livré à Richard Cannavo, en 1989 : ... Pour moi, voir Trenet aujourd'hui encore reste une fête, parce que je sais qu'on va rire, il va faire des mots, il a toute une panoplie de bons mots qu'il a engrangés au fil des jours, et il est heureux de nous l'offrir et de toute faire éclater comme des feux de Bengale, de toute faire exploser comme des crackers. il n'a pas changé, il a toujours un côté gamin en lui. Quand il quitte sa maison par exemple, il ne marchera pas comme un monsieur de 70 ans ; il part au pas de course. Le côté juvénile reprend toujours le dessus. L'autre jour, je l'ai rencontré à la SACEM, il avait l'air en pleine forme. Il m'a dit un grand bonjour et est parti en descendant les escaliers deux par deux. Il le fera même s'il a mal aux jambes ! (...) Peut-être qu'après il s'est écroulé dans la rue, mais devant nous, il pétillait. Il est comme ça, Charles, il est fantastique. Unique. (...) Il reste Trenet, en somme c'est le fou chantant. Et ça n'est pas fabriqué du tout, ça n'est pas un personnage qu'il se compose, c'est lui, c'est en lui....



Pour découvrir quelques chansons de Roland Gerbeau :


  • Roland Gerbeau - Sony Music - Collection Or - COL 4712982
  • Les versions de Douce France, La mer et Marie - Marie interprétées par Roland Gerbeau figurent dans le vol. n°5 de l'Intégrale de Charles Trenet - Frémeaux & Associéss

Sources :

  • Trenet, le siècle en liberté - Richard Cannavo - Hidalgo editeur - Paris 1989
  • La Dépêche - Semaine du 20-26/03/2003
  • France-Soir - 30/04/1987
  • Intégrale Charles Trenet n°5 - Livret rédigé par Daniel Nevers - Frémeaux & Associés
  • Archives personnelles de Roland gerbeau


 
Login
 Surnom/pseudo
 Mot de passe
 Identification automatique


Pas encore de compte ?
Enregistrez vous !
En tant que membre inscrit vous pouvez changer le theme du site, personnaliser la disposition des commentaires, poster sous votre nom.

Liens relatifs
· Plus à propos de Charles et la chanson
· Articles transmis par Dominic Daussaint


L'article le plus lu à propos de Charles et la chanson:
TOUTES SES CHANSONS !


ROLAND GERBEAU : DE TRENET A CASTRO | Connexion/Créer un compte | 20 Commentaires
  
Les commentaires sont posté par leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Re: ROLAND GERBEAU : DE TRENET A CASTRO
par summicron (Envoyez un message) le 22 Juil 2003 - 10:36
Dans l'intégrale Trenet, j'ai écouté cet interprète et, à mon avis, c'est vraiment très particulier de chanter de cette façon, avec un vibrato chevrotant et sans aucun swing, comme les chanteurs de bal musette des années '30. Personnellement, je trouve que c'est inécoutable et même insupportable pour mes oreilles. J'aimerais avoir l'avis de ceux et celles qui aiment. Désolé...

  • Re: Re: ROLAND GERBEAU : DE TRENET A CASTRO par CharlesBlondeau le 24 Juil 2003 - 07:32
  • Re: Re: ROLAND GERBEAU : DE TRENET A CASTRO par Anonyme le 25 Mai 2005 - 06:13
    Re: ROLAND GERBEAU : DE TRENET A CASTRO
    par Dominic (Envoyez un message) le 30 Juil 2003 - 10:58
    En réaction à l'article ci-dessus et que je lui ai envoyé par courrier postal, Roland Gerbeau m'écrit ceci : Je ne sais comment vous remercier pour le joli papier qui vous m'avez si gentiment écrit et publié sur votre site internet. Vous donnez une idée très exacte de ma carrière malchanceuse, il est vrai par ma faute certainement. J'aurais dû revenir en France en 1948 et me battre contre le mauvais sort que l'on avait fait à mon enregistrement de "Ma cabane au Canada" et la magouille de la marque S**** à mon encontre, orchestrée de belle manière par les auteurs, directeurs, managers et autres qui sentaient bien que la chanson était un succès et avaient tout fait pour en faire profiter la débutante qu'était alors Line Renaud, femme de Loulou. Cette histoire est très peu connue et c'est, malheureusement pour moi, la vérité. Merci de l'avoir soulignée. Tout ce que vous faites comme compliments à mon égard me va droit au coeur. Oui, André Claveau était une énorme vedette de '39 à '50 et un peu plus. J'étais aux USA, à Hollywood, à l'époque, mais avec lui et André Pasdoc, le "chanteur sans nom", Jacques Jausen, Jean Patard, Jean Lambert... Nous étions une bande de copains et nous l'admirions. Quelle voix ! C'était la période noire de l'Occupation, nous chantions quand même. Je vous écrit cette lettre rapidement car je viens de recevoir votre courrier. Seulement, j'étais à Paris pour raisons de santé (rien de grave) et, en plus, j'ai des ennuis de voiture : un plaisantin m'a défoncé le haillon arrière de ma Clio (sic Trenet) et je ne chante pas "Y'a d'la joie". Heureusement qu'il y a des gens (très peu) comme vous qui sont là pour nous remonter le moral. Ca fait beaucoup de bien. Merci mille et mille fois. Roland Gerbeau - 28/07/2003

Contact : webmaster@charles-trenet.net

Merci à Olivier Lagrou qui a aimablement mis tout son talent dans la conception des illustrations générales de ce site.
Merci aussi à Sylvain Massou qui, à plusieurs reprises, a sorti sa boite à outils informatiques pour remédier à mille et un problèmes techniques. Merci aussi à Nicolas Bayet, toujours positif et présent pour aider avec un très grand sourire !
Nos partenaires : Couleur - Production vidéo - Conseils e-learning - Théâtre en entreprise

Conformément au Code de la Propriété Intellectuelle, toute exploitation (représentation ou reproduction) de tout ou partie du site internet est strictement interdite sauf autorisation expresse et préalable d'Alvos Films - Dominic Daussaint
Ce site fonctionne sous PostNuke un système complet de portail web écrit en PHP.
PostNuke est un logiciel libre disponible sous licence GNU/GPL.