Nous sommes le 12 Déc 2017 - 08:33
Recherche   
· Accueil
· Les thèmes / Sujets
· Vos liens
· Recommander ce site
· Le Hit du site
· Le forum
· Les membres
· Votre compte membre

Sa vie de 1913 à 2001
Ses oeuvres littéraires
Ses poèmes
Charles et la peinture
Bibliographie
Sa filmographie
Sa discographie
Ses DVD et BluRay
Toutes ses chansons
Ses récompenses et distinctions

Agenda
Pas d'événements programmés

....où l'on parle de Charles


Il y a actuellement 489 invité(e)s et 0 membres en ligne

Vous êtes un visiteur anonyme. Inscrivez-vous gratuitement en cliquant ici.


· Panneau

DE FERME EN CHATEAU
le 01 Août 2004 - 05:36
Charles et le cinéma par Ann Allnatt

De tous les films de Charles Trenet, celui que j'ai toujours voulu voir, c'est La route enchantée. D'abord, parce que c'est le premier de ses films puis parce que c'est lui-même qui en a écrit le scénario (en deux jours, dit-il). Grâce à la gentillesse d'un de nos membres du portail, je viens d'obtenir ce film en vidéo.

C'est l'histoire de Jacques Minervois, fils d'un prof de math, qui a toujours revé d'un grand château. Insouciant et sûr de lui, il quitte sa maison familiale pour le chercher. D'abord, il échoue dans un théatre ambulant, mais un incendie met prématurément fin à son emploi. Alors, reprenant sa route, par miracle, il tombe sur le château qui peuplait ses rêves.

Jacques y est accueilli par la châtelaine, une dame assez fantasque qui veille à garder une ambiance médiévale dans ses murs. Justement, elle cherchait un troubadour ! Puis Jacques tombe amoureux de la jeune fille de la maison et lui écrit de belles chansons. Apres mille aventures, sa route l'amène à Paris, où il est prié de monter une opérette qui utiliserait les chansons écrites pour son amoureuse.

Et quelles chansons ! On y trouve Je chante, Vous êtes jolie, Boum !, Il pleut dans ma chambre et La route enchantée, bien sûr, qu'on chante toujours soixante ans après.

Cette histoire est assez fidèle aux débuts artistiques et de la vie de Charles Trenet car, doux et fantaisiste et bien dans l'esprit dans son époque, ce film me semble être à la fois biographique et visionnaire. Il y a beaucoup de sa vie d'enfant et de jeune homme la-dedans : une famille bourgeoise, cultivée et musicienne, sa passion pour l'astronomie et l'histoire et cette quête pour trouver un "château" fabuleux, qui serait son destin. Il y a même un épisode de faux fantômes, qui rappelle assez l'aventure à Vernet-les-Bains (Note : Les lecteurs qui voudraient en savoir plus sur cette blague qui devint un mini scandale, lire l'article de Bernard Revel sur ce site). Enfin, dans sa vie de jeune homme, Charles lui aussi quitta sa famille pour aller à Paris, pas pour devenir troubadour mais pour travailler dans cinéma ! Bizarrement, c'est par la chanson qu'il est devenu vedette de cinéma !


Et d'ailleurs, ce besoin du jeune Jacques Minervois de partir "de ferme en château", Charles Trenet l'a gardé de toute sa vie. Collectionneur de maisons, il ne cessait jamais de voyager entre elles, de villa en appartement, en France et à l'étranger. Et quel grand plaisir il prenait à faire ces grandes tournées qu'il célébra d'ailleurs dans une chanson En tournée où son "coeur s'amuse".

De toute sa vie, le troubadour qu'il était aimait la grande route, adorait voyager, bouger. Dans un autre film, "Adieu Léonard", son personnage - toujours un rêveur - part en roulotte pour aller on ne sait où. "La roulotte", pour Charles, c'était une belle voiture, qu'il collectionnait plus encore que les maisons.

Parmi les centaines de chansons qu'il écrivit au fil des ans, il revint souvent sur ce sujet cher à son coeur : la liberté de la grande route. Un thème très souvent abordé, notamment dans Il y avait des arbres où, en l'écoutant, on a véritablement l'impression de rouler avec lui.

Il nous présente cette philosophie dans sa chanson Si le coeur vous en dit :

"A quoi bon tant de choses quotidiennes
Qu'on appelle a la longue le destin
Oubliant qu'une vie bohémienne
Est toujours a portée de la main".


Au début du film, Jacques et son jeune frêre parlent de leur besoin d'échapper à leur vie provinciale et étouffante. Jacques se demande pourquoi on hésite à franchir le pas. "On a peur", répond son cadet. Beaucoup d'entre nous vivent cette crainte aussi, mais Charles Trenet, non. Il n'hésite pas et, avec ses chansons de liberté, nous emmène avec lui sur cette route enchantée.
 
Login
 Surnom/pseudo
 Mot de passe
 Identification automatique


Pas encore de compte ?
Enregistrez vous !
En tant que membre inscrit vous pouvez changer le theme du site, personnaliser la disposition des commentaires, poster sous votre nom.

Liens relatifs
· Plus à propos de Charles et le cinéma
· Articles transmis par Ann


L'article le plus lu à propos de Charles et le cinéma:
TOUTE SA FILMOGRAPHIE !


DE FERME EN CHATEAU | Connexion/Créer un compte | 1 Commentaire
  
Les commentaires sont posté par leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Re: FANTÔMES A VENDRE
par summicron (Envoyez un message) le 03 Août 2004 - 08:52
Ce film me parait être le meilleur de Trenet car on y trouve son univers poétique. Meilleur que "Je chante" (scénario trop banal) , meilleur que "La romance de Paris" (idem). "Adieu Léonard", des frères Prévert est très éloigné de l'univers de Charles qui, du reste, ne chante qu'une chanson qui n'est même pas de lui. Reste le cas "Frédérica" que je n'ai pas visionné. Mon père (grand admirateur de CT aussi) me disait que c'était un navet qu'il avait vu en ...1947 dans une salle de café de village ! "La cavalcade des heures" comporte un sketch de Trenet, très ètrange, très personnel. J'y reviendrai un jour. Pour en revenir aux fantômes, ceux-ci apparaissent souvent dans les chansons de Charles sous la forme de revenants. C'est le côté "paîen" de Trenet, proche de l'univers chamaniste...cotoyant le Bon Dieu (qui fait boum) ! Bien sûr, l'histoire que raconte Charles pour expliquer qu'il fut "embastillé" dans le port de New-York ne tient pas debout. On ne peut pas croire qu'une farce vieille de 18 ans (il y a prescription) ait pu déclencher une recherche par le FBI jusqu'en Argentine, provoquant la fuite de CT en avion, puis son retour en bateau juqu'à Ellis Island où il fit de la prison, le temps que l'Ambassade de France arrange l'affaire (hum). Mais cet épisode rocambolesque nous a donné la très belle chanson "Revoir Paris", composée dans l'avion qui le ramenait en catastrophe dans sa douce France. Peut-être que cette nuit un fantôme farceur viendra cogner à ma porte ? "Sacré farceur", dit le choeur de jeunes filles dans la chanson éponyme...et CT de dire : "Moi pourquoi ?" sur un ton faussement innocent

Contact : webmaster@charles-trenet.net

Merci à Olivier Lagrou qui a aimablement mis tout son talent dans la conception des illustrations générales de ce site.
Merci aussi à Sylvain Massou qui, à plusieurs reprises, a sorti sa boite à outils informatiques pour remédier à mille et un problèmes techniques. Merci aussi à Nicolas Bayet, toujours positif et présent pour aider avec un très grand sourire !
Nos partenaires : Couleur - Production vidéo - Conseils e-learning - Théâtre en entreprise

Conformément au Code de la Propriété Intellectuelle, toute exploitation (représentation ou reproduction) de tout ou partie du site internet est strictement interdite sauf autorisation expresse et préalable d'Alvos Films - Dominic Daussaint
Ce site fonctionne sous PostNuke un système complet de portail web écrit en PHP.
PostNuke est un logiciel libre disponible sous licence GNU/GPL.