Nous sommes le 27 Avr 2017 - 03:57
Recherche   
· Accueil
· Les thèmes / Sujets
· Vos liens
· Recommander ce site
· Le Hit du site
· Le forum
· Les membres
· Votre compte membre

Sa vie de 1913 à 2001
Ses oeuvres littéraires
Ses poèmes
Charles et la peinture
Bibliographie
Sa filmographie
Sa discographie
Ses DVD et BluRay
Toutes ses chansons
Ses récompenses et distinctions

Agenda
Pas d'événements programmés

....où l'on parle de Charles


Il y a actuellement 1171 invité(e)s et 0 membres en ligne

Vous êtes un visiteur anonyme. Inscrivez-vous gratuitement en cliquant ici.


Newsletter
Inscrivez-vous a notre
Newsletter !
Votre e-mail :


· Panneau

L'AFFAIRE TRENET
le 26 Août 2004 - 08:11
Un coup de venin par Jacques Bertin

Au décès de Charles Trenet, au milieu d’une presse unanimement louangeuse, Jacques Bertin publiait un texte qui, aujourd’hui encore, ne laissera personne indifférent . Nous le reproduisons ici, avec son aimable autorisation…

Mais, qui est ce monsieur au visage sympathique surmonté d’un couvre-chef d’artiste ? Né à Rennes en 1946, auteur, poète, interprète, Jacques Bertin a rédigé plusieurs articles pour l'hebdomadaire « Politis ». C’est aussi l’auteur d’une biographie remarquable et remarquée consacrée au poète-chanteur québécois Félix Leclerc (Félix Leclerc, le Roi Heureux). Jacques Bertin a aussi, et surtout, enregistré plusieurs albums et s’est produit un peu partout en spectacles, depuis 1967.

Après ce préambule, laissons-lui nous « révéler » son « affaire » Trenet…


Les médias unanimes font de la mort de Charles Trenet un événement d'ampleur nationale, et cela semble à chacun une évidence. Est-ce si vrai ? La mort de Piaf fut un de ces événements. Puis il y eut Montand, Brel, Brassens, Ferré, dont les décès frappèrent l'opinion : on découvre, dans ces occasions, que les chanteurs sont plus que ce qu'ils sont, car les chansons vont s'accrocher profond dans l'âme. Ainsi partagent-ils ce privilège, avec quelques écrivains (Sartre ou Hugo) et des de Gaulle quand il y en a, de barrer les unes d'un trait noir, lorsqu'ils tirent leur révérence. Au Québec, aucun événement jamais n'égala la mort de Félix Leclerc, sauf celle de René Lévesque (et, il est vrai, celle de Maurice Richard, le champion de hockey).

Et Trenet ? Assurément, il a un été un grand du music-hall. "Il a tout inventé", disent-ils ; le rythme, la fantaisie, quantité de trouvailles verbales, une certaine qualité de l'expression qui, il y a cinquante ans, tranchait.

Je voudrais nuancer. J'ai la témérité de penser qu'il ne fut pas le premier poète de la chanson mais plutôt le dernier (le meilleur, sans doute) seigneur du music-hall. Il était un homme de scène complet, ce que ne fut véritablement aucun des grands de la chanson après lui. Mais il resta fidèle aux canons du music-hall : le chanteur n'est qu'un personnage, il ne dit jamais "je". Or, en même temps que Trenet, sur le bord du Saint-Laurent, Félix Leclerc fut le premier auteur-compositeur-interprète moderne : le premier qui raconte sa vie dans ses chansons, au point de l'y risquer. Dès lors, la chanson n'est plus un aimable divertissement du samedi soir, mais, comme le travail des poètes ou des romanciers, un lieu de bataille. Ce n'est pas vraiment ça, chez Trenet. Mais ceci est tout au plus une querelle de spécialistes. L'"Affaire" Trenet est ailleurs. Revenons au début des années 80. Il n'était plus alors qu'une ancienne vedette, parmi d'autres, suivant une destinée de chanteur vieillissant.

Commence soudain l'affaire Trenet, plus passionnante que l'œuvre elle-même : lui, qui ne fut jamais militant de rien ("résolument apolitique", dit son biographe Richard Cannavo, fut récupéré par les socialistes aux pouvoirs (politique, médiatique, culturel…) pour devenir le personnage emblématique de leur nouvelle société. Il accepta ce rôle avec empressement, comme s'il s'agissait d'un gala à Tarascon.

Leclerc incarnait superbement le Québécois type: hâbleur et gai, colon et colonisé, cherchant un pays. Son ralliement au souverainisme, après 1970, grandit encore sa taille de personnage national. Mais Trenet ? Fallait-il que cette génération manquât de héros à qui s'identifier ! Les précédentes avaient eu des Picasso, des Aragon, des Giono, des Sartre, les héros de la Résistance, ou même Brassens et Brel (Ferré, évidemment, était ingouvernable, il ne faisait pas l'affaire, il n'aurait d'ailleurs pas accepté ce rôle…). Sans doute faut-il rapprocher ce phénomène de certains traits marquant l'évolution des goûts dans l'époque Mitterrandienne : les disciplines artistiques qui montent alors sont la danse et la photo, arts sans paroles et très peu politiques… Les comiques envahissent le show business. Les chanteurs du languisme, ce sont Trenet et Higelin: tous deux jouant le léger, l'aérien, le dégagé. Et tandis que Ferré balançait des vers tragiques, irrécupérables et ravageurs, Trenet continuait imperturbablement sur le mode mineur. Après des décennies de bataille culturelle, où les artistes maudits, les ratés sublimes et les écrivains engagés donnaient la main dans le noir aux fusillés et aux grévistes, la gauche découvrait qu'il faut surtout vivre sans prétention.

Evidemment, en balance avec mes propos, vous mettrez le charme absolu des six premières syllabes de "l'Ame des poètes": "Longtemps, longtemps, longtemps…" Vous n'aurez pas tort. Car, c'est sûr, longtemps après que les poètes ont disparu, leurs chansons courent encore dans les rues.
 
Login
 Surnom/pseudo
 Mot de passe
 Identification automatique


Pas encore de compte ?
Enregistrez vous !
En tant que membre inscrit vous pouvez changer le theme du site, personnaliser la disposition des commentaires, poster sous votre nom.

Liens relatifs
· Plus à propos de Un coup de venin
· Articles transmis par Dominic Daussaint


L'article le plus lu à propos de Un coup de venin:
LA MER... DANSE COMME UN PIED !


L'AFFAIRE TRENET | Connexion/Créer un compte | 17 Commentaires
  
Les commentaires sont posté par leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Re: L'AFFAIRE TRENET
par Ann (Envoyez un message) le 28 Août 2004 - 11:36
Incroyable! Si je comprends bien, Monsieur Bertin dit qu'on n'est poète que si on chante les grandes tristesses du "Je" ! Il est possible que les louanges au déces de Charles étaient parce qu'il a chanté le bonheur - "Le bonheur est en chacun de nous", dit-il. Aussi, Monsieur Bertin ne considère Charles que comme "un grand du music-hall" - lui qui a écrit tant de chansons poétiques qu'on peut lire comme la poésie, tellement elles sont belles. Dans un article sur son site, joliment appellé "Ben Laden qui nous sauve", il écrit "on ne fait pas de l'art avec des bons sentiments". Pourquoi pas ? Nous avons tous nos propres tristesses - nous regardons celles des autres chaque jour en ouvrant le journal -et nous nous tournons vers lui pour nous remonter le moral. Quelle valeur inestimable !

Re: L'AFFAIRE TRENET
par summicron (Envoyez un message) le 28 Août 2004 - 11:42
"Alors des gens illustres
L'invitent sous un lustre
D'où l'on ne peut rien voir"
(Le voyage de la vieille, dans le dernier -hélas-disque de CT). CT n'était pas dupe de cette récupération/manipulation faite par de médiocres mondains. Il a dû bien s'amuser. Là où il a été loin c'est quand il a transformé les paroles de "La Mer" : "Le maire de Blois" (= pour les non initiés hors de de notre douce France : l'évitable Jack Lang, ministre de la Culture, des fêtes et feux d'artifice royaux du temps de Mitterrand 1er)...etc Mais, après tout, c'est sa chanson. Et il l'avait déjà fait pour une pub "Chocolat Kohler"

  • Re: Re: L'AFFAIRE TRENET par Anonyme le 22 Oct 2004 - 06:01
    Re: L'AFFAIRE TRENET
    par Anonyme le 15 Oct 2004 - 03:43
    Mon fils a deux ans et chante "Le soleil a rendez-vous avec la lune". Je me connecte sur votre site pour connaître et lui apprendre la suite des paroles. Quelle surprise donc de voir le nom de Jacques Bertin apparaître. Son grand-père porte le même nom. Coïncidence !

    Re: L'AFFAIRE TRENET
    par Anonyme le 21 Oct 2004 - 01:37
    J'avoue ne pas comprendre pourquoi vous classez cet article de Jacques Bertin dans la rubrique "coup de venin". Faut-il donc aduler les vedettes et éviter tout sens critique pour s'exprimer à leur sujet ? Je ne trouve aucun venin, aucune méchanceté dans ces mots... Au contraire. Dire d'un homme qu'il est un homme avec ses grandeurs et ses errances, c'est le reconnaître, c'est l'apprécier dans le sens premier du terme. C'est le prendre dans l'humanité. Evidemment, pour comprendre cela, il faut n'avoir besoin d'idolâtrer quiconque... Trenet n'est pas un dieu... Il est dans l'histoire et c'est ce que dit Bertin. L'histoire de la chanson où il prend une place, certes remarquable. L'histoire politique, aussi, parce qu'on ne prend jamais la parole du haut d'un nuage, mais dans une société donnée. Quand donc sera-t-il possible de parler de tout cela sans être accusé du crime de lèse-star ? J'aime la chanson, j'aime la poésie, j'aime le spectacle... mais, je n'ai ni dieu, ni idole et toute réflexion sur la place des artistes dans la société ou l'histoire des expressions me rend plus amoureuse de l'art et de la tentative des artistes de dire le monde. Pour autant, aucun d'eux ne me semble parfait. A quoi bon la perfection quand ce qui importe est de marcher dans la vie à son propre pas, avec des tâtonnements, des galops d'essais et des franchissements magnifiques... Pour l'avoir croisé plusieurs fois dans les coulisses de ses spectacles, je sais que Charles Trenet, lui, ne se prenait pas pour un dieu... il avait le trac, il savait qu'il fallait de l'audace pour se présenter devant un public et dévoiler un peu de son âme. Cela appelle le respect. Et, je trouve plus de respect pour Charles Trenet dans la démarche analytique de Jacques Bertin que dans les discours convenus de ses laudateurs. A.D

Contact : webmaster@charles-trenet.net

Merci à Olivier Lagrou qui a aimablement mis tout son talent dans la conception des illustrations générales de ce site.
Merci aussi à Sylvain Massou qui, à plusieurs reprises, a sorti sa boite à outils informatiques pour remédier à mille et un problèmes techniques. Merci aussi à Nicolas Bayet, toujours positif et présent pour aider avec un très grand sourire !
Nos partenaires : Couleur - Production vidéo - Conseils e-learning - Théâtre en entreprise

Conformément au Code de la Propriété Intellectuelle, toute exploitation (représentation ou reproduction) de tout ou partie du site internet est strictement interdite sauf autorisation expresse et préalable d'Alvos Films - Dominic Daussaint
Ce site fonctionne sous PostNuke un système complet de portail web écrit en PHP.
PostNuke est un logiciel libre disponible sous licence GNU/GPL.